5 choses à savoir sur Emily Harrop qui remportera le gros titre

Un monde de verre pour sa seule troisième saison avec Les Bleues. La montée ne pouvait pas être plus rapide. Emily Harrop est ravie cette saison d’être la première. “Grâce à l’alpin, j’ai eu une bonne expérience de descente, ça m’a toujours aidé. pointant vers le Savoyard. Je vaist J’ai été patient. J’ai beaucoup de travail à faire dans ce sport, mais les progrès cette année ont été fous. »

L’athlète de Méribel a remporté sa première victoire en Coupe du monde en décembre dernier, à Ponte di Legno (Italie) et est titulaire de trois compétitions de ski de montagne (une en freestyle, une en sprint) pour se glorifier devant un miroir.

Il a commencé par l’alpin

Les débuts de Harrop dans le ski étaient loin. Le Savoyard a tenté sa chance sur la scène mondiale du ski alpin en se comparant aux épreuves FIS entre 2013 et 2017. Sa meilleure saison ? En effet 2015, avec un titre junior en 2015 (7ème du super-G, 4ème du lycée. Licencié à Tignes, c’est dans ce même hôtel qu’il termine sa carrière alpine, avec une 26ème place du grand slalom à la Tournoi français en mars 2017. « Mes deux dernières années en ski alpin, j’avais mal (fracture du cou et du tibia), il expliqua. Lorsque vous avez terminé les ongles alpins, vous lâchez un peu. C’est dur sous forme de compétition. »

Pierra Menta est une débutante pour commencer l’alpinisme dans les années 20

La reine des courses d’entraînement, Pierra Menta, dans le Beaufortain, fait partie de ses objectifs professionnels. Vers l’âge de 18-20 ans, après quelques années passées dans les Alpes, Harrop part régulièrement avec des amis en ski, pratiquant l’alpinisme. “au printemps, quand j’ai le temps”, il a glissé. Il s’est impliqué dans le sport après avoir visité un club de Pierra Menta. “Je l’ai aimé il s’est présenté. C’était la première course que j’allais voir. Le temps était fou. Je me suis dit que je saurais par moi-même (Des rires). »

Il a aussi fait de la voile.

Au printemps, le Franco-Britannique (dont les parents sont britanniques) a changé son ski pour ses baskets et comme beaucoup de skieurs de montagne, s’est entraîné sur piste. Harrop a également participé à Skyrhune au Pays basque (21 km, 1 700 de dénivelé), une épreuve Golden Trail Series, remportant sa 5e place dès sa première participation. Il a flashé le Red Bull 400, une épreuve à la piste de ski de Courchevel avec au programme : 36 degrés de falaise, 185 mètres de dénivelé atteint sur 400 mètres, à 1.300 mètres d’altitude. Résultat : victoire et record féminin, avec un temps de 4’29.

Il faisait partie d’une armée de chefs

Selon Thibault Anselmet, l’espoir d’apprendre, Harrop rejoint l’armée des chefs. Sa signature en septembre avec l’Association française de ski des armées (EFMS) lui a permis de se consacrer pleinement à sa formation, dont ses cours de conduite, qu’il terminera en 2023. « Le retour à l’armée m’a permis de devenir professionnel. elle a apprécié. C’est un gros impact sur ma performance cette saison, bien sûr. Et avec ce soutien, je peux planifier l’avenir. » Notamment aux JO de 2026 à Milan-Cortina d’Ampezzo, où le ski de montagne sera l’olympien.

Elle a battu sa coéquipière Axelle Gachet-Mollaret au roster

Cette saison, Emily Harrop et Axelle Gachet-Mollaret sont les prétendantes et coéquipières. Gachet-Mollaret, impérial a remporté une course chacun (6 victoires dans plusieurs épreuves) dans le monde en 2021 et a choisi de ne pas s’aligner dans toutes les courses de sprint cette année (mais gagne tout de même Il est le deuxième plus important après son ami. ). Au Championnat du monde longue distance, à travers le Rutor Tour, le duo s’est associé et a remporté le titre mondial. “Elle a beaucoup de connaissances, je peux lui apprendre, dans la technologie, le design, la nourriture…, merci Harrop. C’était très riche. Et c’était une fille très forte, avec une force incroyable, une grande inspiration pour moi. »

.

Leave a Comment

%d bloggers like this: