Ann-Sophie Bachand glisse vite dans le progrès

La sherbrookoise Ann-Sophie Bachand croit qu’il faut atteindre les plus hauts niveaux. Et il n’était pas loin d’avoir atteint son but.

Champion canadien junior 2021, l’athlète de 17 ans est arrivé 10e aux Olympiques pour les Jeux de Pékin, où il a terminé. Il est d’accord : la concurrence est difficile à tailler.

Nous avons les meilleurs patineurs au Québec. Nous sommes le pays le plus fort. »

Il y a un dicton Ann-Sophie Bachand, sprinteuse

Le sprinteur a terminé 15e lors d’un tournoi sur invitation aux Pays-Bas, où il a concouru avec des athlètes venus aux Coupes du monde.

Il s’envolera bientôt pour les Championnats du monde juniors de patinage de vitesse sur courte piste 2022 qui se tiendront du 4 au 6 mars à Gdansk, en Pologne.

Il y patinera avec l’équipe de Florence Brunelle de Trois-Rivières, qui a terminé au pied du podium à Pékin.

Bien qu’il ne soit pas clair comment entrer dans l’équipe nationale, Ann-Sophie espère se rendre aux Jeux olympiques d’hiver de 2026, qui se tiendront à Milan et à Cortina d’Ampezzo, en Italie.

Ann-Sophie Bachand espère atteindre l’équipe nationale dans la course de sprint.

Photo: Yves Longpré

C’est un objectif je pense. L’équipe peut être difficile pour un jeune. C’est l’objectif qui me motivera pour les quatre prochaines années. Pour se démarquer, il faut suivre une formation. En prenant toutes les ressources que nous pouvons, nous nous améliorons au mieux de nos capacités croit Ann-Sophie Bachand.

Le patineur sait qu’il n’y a pas que les conséquences qui comptent. Il a expliqué que nous devons également examiner les résultats de l’organisation.

Le Canada compte beaucoup sur le relais et a besoin d’un partenairesoutenir la communauté sherbrookoise.

Avec les médaillés olympiques

Comme les athlètes du secondaire, le natif de Sherbrooke a quitté sa famille à l’école secondaire quatre pour fréquenter le Centre régional canadien d’entraînement à Montréal.

Il y est resté un an avant de rejoindre le club prochaine génération L’entraîneur Jeff Scholten est le premier entraîneur-chef de l’équipe nationale olympique.

C’est le bon moment pour avoir ce design. Sherbrooke m’a beaucoup donné, mais parfois je dois concourir pour le meilleurdécrit l’athlète de la relève parrainé par Excellence sportive Sherbrooke.

Ann-Sophie Bachand en action.

Ann-Sophie Bachand s’apprête à se rendre au tournoi mondial des jeunes en Pologne.

Photo: Yves Longpré

Mieux encore, ils les côtoient souvent. La jeune patineuse s’entraîne avec de grands noms du patinage, les olympiens sherbrookois Kim Boutin et Jordan Pierre-Gilles.

Je n’ai pas étudié à Sherbrooke avec Kim, mais maintenant nous étudions ensemble à Montréal. C’était terrible au début. Mais on s’y habitue vite. Je les regarde attentivement. J’apprends de leurs connaissances. Ils s’entraînent durdit Ann-Sophie Bachand.

Il a surtout pu constater tout le travail qu’il a fallu pour tenter d’atteindre le podium olympique.

L’objectif était élevé et l’intensité était élevée dans la préparation olympique. Tu dois tout donner. Vous devez apprendre à écouter votre corps. Il peut y avoir des blessures physiques, mais si vous souffrez, vous ne partirez pas.dit Ann-Sophie Bachand.

Les derniers matchs, il les assit sur le dossier de sa chaise. Encourager ces partenaires à distance, et surtout, apprécier leur savoir-faire.

Ils ont très bien réussi. Avec COVID, nous ne voyons pas la force des autres pays. J’ai une bonne idée que le Canada est prêt. Cela montre que nous sommes un bon pays pour la vitesse. »

Il y a un dicton Ann-Sophie Bachand, sprinteuse

Cependant, il sait que le patinage court est un sport qui ne se voit pas et qu’il faut montrer qu’on n’est pas fort.

Il y a beaucoup de choses qui peuvent être faites. Kim nous a dit qu’après sa chute, elle est retournée assurer avec les filles. Il a déménagé, pour l’entrepriseanalyse Ann-Sophie Bachand.

Trouvez votre force

Anne-Sophie Bachand est performante sur trois distances au sprint : le 500 mètres, le 1000 mètres ou le 1500 mètres.

Ann-Sophie Bachand.

La patineuse sherbrookoise Ann-Sophie Bachand.

Photo : crédit photo par Yves Longpré

C’est une bonne chose. Je suis plus un sprinter qu’un homme patient. Je veux 500 mètres, mais 1500 mètres. Nous cherchons ma forceplaide Ann-Sophie Bachand.

Apprenez des meilleurs, et Ann-Sophie Bachand est au bon endroit pour réaliser son rêve olympique.

Cliquer pour voir plus de texte parRené-Charles Quirion

Leave a Comment

%d bloggers like this: