Antoine Lehoux : montrer son pays autrement

C’était le Memorial Day, le 11 novembre 2012. Antoine Lehoux était un membre des Forces armées canadiennes qui se déplaçait en voiture avec des collègues pour rendre hommage aux personnes âgées de Beauceville. En une seconde, sa vie a basculé.

“La voiture a raté un bouton, je n’étais pas assis sur le bon siège”, a-t-il déclaré.

Antoine Lehoux : montrer son pays autrement

Photographies, STEVE POULIN

Près de 10 ans plus tard, Lehoux ne regarde plus en arrière. Il a parlé de la tragédie avec gentillesse.

« Ma vie aurait été très différente sans cet accident. Il m’a envoyé dans l’autre sens. Je dois le refaire moi-même », a-t-il déclaré.

Antoine Lehoux n’avait alors que 19 ans. Il a dû être amputé de la jambe droite. Aujourd’hui âgé de 28 ans, l’homme de Thetford Mines entame son premier match paralympique, à Pékin, il s’est mérité une place avec l’équipe canadienne de hockey.

Antoine Lehoux : montrer son pays autrement

Photo courtoisie, Matthew Murnaghan / Hockey Canada

“Je ne peux pas attendre, mais je pense que l’excitation augmentera quand nous y arriverons”, a déclaré le concurrent, lors d’une interview quelques jours avant le départ de Chine.

Un premier match avec les États-Unis mettra le couvert, samedi, pour la suite du tournoi.

“Nous sommes chauds, nous avons hâte de jouer à ce match”, a déclaré Lehoux.

fier

Jeune homme lorsqu’il s’enrôle dans l’armée du Régiment de la Chaudière, Lehoux rêve de remplacer son pays par des missionnaires mondiaux. Il travaille actuellement sur les Jeux Paralympiques.

“Je me tiens au Canada en ce moment, mais dans une tenue différente”, a-t-il déclaré.

Dans sa jeunesse, il jouait au hockey. Le ski alpin et le ski nautique font partie de ses autres passe-temps. Après une cure de désintoxication pour apprendre à marcher avec une prothèse, Lehoux s’est vite rendu compte que sa vie ne serait plus jamais la même.

“Au début, il y avait de la fierté, j’étais fier. J’ai caché ma douleur à ma famille pendant un moment, mais j’ai continué mes activités jusqu’à ce que j’aie la raison bleue”, dit-il. Ils n’aiment pas les sports modifiés.

Regardez les Américains !

Avoir du para-hockey était une évasion, une évasion qui l’a mené aux Jeux paralympiques.

Après le fameux duel face aux Américains en ouverture, et selon les consignes publiées sur le site du Comité paralympique canadien, le Canada doit rencontrer mardi les Sud-Coréens, seuls de l’autre groupe du groupe A après avoir été expulsés de Russie. Comité paralympique. Si tout se passe bien, le Canada et les États-Unis pourraient se rencontrer lors du grand événement, prévu le samedi 12 mars.

« Le para-hockey, c’est un peu comme le hockey féminin, il y a le Canada, les États-Unis et puis tout le reste », a déclaré Lehoux, notant que cela peut être surprenant.

– Trois joueurs du Québec font partie de l’équipe de para hockey à Pékin. En plus de Lehoux, il y a un jeune gatinois, Anton Jacob-Webbs et Dominic Larocque, un athlète talentueux.

Une idée pour Gaétan Bouchard

En se voyant aux Jeux paralympiques de Pékin, Antoine Lehoux a pensé à celui qui l’a initié au hockey sur luge : un dénommé Gaétan Bouchard.

“J’étais en cure de désintoxication quand j’ai rencontré ‘Boutch’. C’est lui qui m’a invité à venir essayer. [le parahockey] avec les aînés sur le champ de bataille de Valcartier », a déclaré Lehoux.

Ancien ingénieur militaire, Bouchard était en mission en Afghanistan lorsqu’il a perdu sa jambe. Dès lors, il apprend à jouer au para-hockey et transmet sa passion aux jeunes.

Lors du spectacle à Valcartier, Lehoux a vu des gens qui ont vécu des problèmes similaires. Parmi eux, Lehoux a rapidement vu en Dominic Larocque un mentor. Ils avaient 19 ans quand leurs jambes ont été amputées. Larocque, Larocque, le premier joueur de l’équipe nationale, a été amputé d’un genou après une blessure subie en Afghanistan.

“Le meilleur gardien de football du monde”

Dominic Larocque utilise le nombre 31, selon Carey Price. Dans le cas du Québécois, rien ne peut être contesté : il est le meilleur gardien de hockey au monde.

Antoine Lehoux : montrer son pays autrement

Photo courtoisie, Comité paralympique canadien

“Dominic est le meilleur gardien du monde, je ne dis pas parce que c’est un ami. Il est sur un tableau à part”, a déclaré son coéquipier Antoine Lehoux.

Étonnamment dans le cas de Larocque : il a été le premier compétiteur avec l’équipe nationale avant d’être choisi pour le rôle de gardien de but après les Jeux paralympiques de Sotchi en 2014.

Quatre ans plus tard, alors que Larocque était le meilleur devant le filet, le Canada s’est incliné 2-1 lors de la pause face aux États-Unis en finale à Pyeongchang. L’Américain Declan Farmer a ramassé deux boîtes des gagnants.

Antoine Lehoux : montrer son pays autrement

Farmer est à Pékin, c’est le joueur à surveiller [Brody] Royalbal », a déclaré Lehoux.

L’équipe américaine est triple championne paralympique, gagnante également à Vancouver en 2010 puis à Sotchi. Lehoux, cependant, croit fermement en la victoire du Canada en or.

« Nous n’avions pas une bonne équipe, nous avions de la profondeur à tous les niveaux », a-t-il dit en désignant un centre à Calgary, qui débutera fin janvier, apportant son hua.

activité physique

Parmi ses autres coéquipiers, Lehoux a promu Terre-Neuve devant Liam Hickey, qu’il a décrit comme “rapide et agile”. Hickey a également représenté le Canada aux Jeux olympiques d’été en fauteuil roulant.

Lehoux pense que James Dunn, âgé de seulement 21 ans, pourrait en surprendre plus d’un.

“James est rapide, mais avec de longs bras et des mains magiques”, énumère Lehoux.

Dans l’ensemble, si le Canada gagne contre les États-Unis, c’est probablement grâce au jeu physique.

“Nous sommes en meilleure forme physique que les Américains et contre eux, il n’est pas rare que nos coudes se lèvent”, a déclaré Lehoux en riant.

Leave a Comment

%d bloggers like this: