Championnat du Monde Pokole Piste | Garde de Courtney Sarault

À son retour aux Jeux olympiques, le patineur canadien Courtney Sarault a subi un accident vasculaire cérébral. Il est resté à la maison pendant deux semaines pour se reposer. Pour le Championnat du monde courte piste, qui débutait vendredi à Montréal, il n’avait qu’un mot d’ordre : s’amuser.

Republié le 8 avril

Catherine Harvey Pinard

Catherine Harvey Pinard
La Bible

Les JO de Pékin n’ont pas changé comme l’aurait souhaité Sarault d’un point de vue personnel. Il a terminé à 11un se place à 1000 in et 1500 m, ses deux distances préférées.

« En revenant, je me suis reposé pendant deux semaines. Tous les gens sont retournés étudier quelques jours plus tard. je ne! Je suis resté au lit pendant deux semaines, c’est tout », a-t-il déclaré en entrevue après la première journée de compétition au Stade Maurice-Richard.

Le Néo-Brunswickois a besoin de repos. A revoir également. Rappelez-vous qu’elle a besoin de “s’amuser et de ne pas avoir trop d’espoir” en elle-même.

Ces vacances ont été réussies. Ces dernières semaines, le joueur de 21 ans s’est redéfini. Il s’est trouvé. Et il a été révélé dans la neige vendredi. Sarault a concouru sur toutes les distances, le 500m, le 1000m et le 1500m.

“Pour moi, si je me donne le temps de guérir physiquement et mentalement, je sais que cela me permettra de faire mieux que ce que j’ai fait en essayant de patiner sans bien faire”, a-t-il déclaré.

J’aime! Je ne sais pas si mes jambes tiennent bien parce que je n’ai pas fait le même entraînement avant cette compétition. Alors quand la fatigue revient, c’est là que je commence à l’avoir. Mais je vais juste m’amuser, et voyons ce qui vient ensuite.

Courtney Sarault

L’an dernier, il a remporté le bronze au 1000 m et l’argent au 1500 m aux Championnats du monde de Dordrecht.

Très belle journée

Sarault n’a pas été le seul à répondre aux attentes vendredi. En fait, les six coureurs canadiens, femmes et hommes, qui ont concouru sur toutes les distances, étaient tous prêts. Ce fut une journée longue, difficile mais couronnée de succès.

Chez les femmes, Kim Boutin a remporté la première place dans chacune de ses compétitions compétitives. Des centaines de petites classes d’école le matin lui ont donné de la force.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, PA’I

Kim Boutin

“C’est marrant! », a commencé le Sherbrookois en riant sous son masque.

“Je suis toujours content d’avoir des gens debout, a-t-il ajouté. Pour moi, c’est facile d’entrer. Il y a beaucoup de force dans la foule. Ça faisait longtemps qu’on n’y avait pas pensé, parce qu’alors c’était bien.”

Alyson Charles, dont les dernières épreuves aux championnats du monde remontent à 2019, a bien fait. La jeune femme de 23 ans devrait également avoir le soutien du public, mais beaucoup moins qu’avant. Ce week-end, on estime à 3 200 le nombre de personnes.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, PA’I

Alyson Charles

Habituellement, pendant les courses, je n’entends pas grand-chose. Mais là, j’ai entendu les morceaux. J’ai entendu des cris pendant que je travaillais.

Alyson Charles

“J’étais toujours nerveux ce matin”, a-t-il déclaré. […] Mais dans le passé, la pression baisse, et c’est comme des automatismes. J’aime mon style de course. »

Chez les hommes, Pascal Dion, Steven Dubois et Jordan Pierre-Gilles ont suivi avec leurs partenaires. Dion, le champion de la Coupe du monde du 1 000 m, a mené dans chacune de ses compétitions et compétitions, dont le 500 m, une distance qu’il n’a pas courue depuis deux ans jusqu’au championnat du monde.

« Ça s’est super bien passé, encore moins le compétiteur sympathique. J’ai le sentiment que Pascal a gagné les Coupes du monde cette saison. En sport, je ne dirais pas que je suis une mauvaise course, je vais mieux » Petit malheur. le vent n’est pas de mon côté. Mais je pense que tout va s’effondrer si je cours comme ça cette saison.”

Le médaillé olympique de 27 ans pense qu’il peut gagner un championnat du monde. “Si je suis confiant, je suis un bon coureur, j’ai confiance en mes capacités, tout est possible”, a-t-il déclaré joyeusement.

Beaucoup de gens ne sont pas allés

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES DE PRESSE

Suzanne Schulting

Les grands noms manquent à l’appel ce week-end. La championne du monde Suzanne Schulting des Pays-Bas est partie vendredi après avoir fait de son mieux pour COVID-19. La championne du monde, l’Italienne Arianna Fontana, a décidé de ne pas entrer dans le Championnat.

Il ne mentionne pas les entreprises russes et biélorusses, qui sont parties à cause de l’invasion de l’Ukraine, et les entreprises chinoises et japonaises, qui sont parties à cause du COVID-19. Cela signifie que la porte est ouverte aux patineurs canadiens.

«Ce serait amusant de se battre si nous avions de bons joueurs, mais a déclaré Kim Boutin. Je veux me battre avec ces filles. »

“Ça a vraiment changé ça joue sans eux, Courtney Sarault est connue. Mais je suis venu il y a une deuxième année, et les filles étaient là, donc pour moi, c’était juste amusant de passer du temps avec elles et de voir où j’en étais plus tard cette année. »

Chez les hommes, le Sud-Coréen Hwang Dae-heon et le Hongrois Shaolin Sándor Liu, deux des meilleurs patineurs, ne sont pas connus.

“Il y a de la préparation, comme d’habitude, dessinée par Pascal Dion. Bien sûr, si l’un de nous gagne, on ne peut pas être aussi heureux qu’un Championnat du monde habituel avec les meilleures choses du monde. On s’amuse un peu, mais c’est un nom sérieux si l’un d’entre nous peut l’obtenir. »

Samedi, ce sont les demi-finales et la finale du 1500 mètres et les quarts de finale, les demi-finales et la finale du 500 mètres, pour les hommes et les femmes.

Charles Hamelin, propriétaire de ce dernier tournoi de sa carrière, et Maxime Laoun rejoindront leurs coéquipiers Dubois, Dion et Pierre-Gilles pour les demi-finales du relais 5000 mètres en fin de journée. De plus, Florence Brunelle et Danaé Blais sont en demi-finale du relais 3000 mètres avec Boutin, Sarault et Charles.

Leave a Comment

%d bloggers like this: