Hockey sur glace – L’alignement de Malgin et le jeu de puissance sont les deux craintes de Gottéron

Posté

Mené 1-0 en demi-finale face aux ZSC Lions, le FR Gottéron espère comparer l’épreuve dimanche soir au Hallenstadion (20h). Vendredi, les Dragons ont perdu 2-3 après une première année à domicile.

Chris DiDomenico était là pendant la règle I, mais Man n’a pas eu l’effet dans le jeu de puissance.

Pascal Muller/freshfocus

« Contrôler la ligne de Malgin et compter l’avantage numérique sont les deux choses que nous devons améliorer. Pour le reste, rien ne changera.

Christian Dubé était calme alors que son équipe remportait l’Acte I de la demi-finale face à Zurich (2-3 après prolongation). Les Dragons n’ont pas abandonné leur meilleur match, mais ils ont fait le travail, comme on dit. “On a fait deux erreurs qui nous ont valu les buts 2 et 3”, a cependant regretté Dubé, avant d’ajouter : “Mais c’est un match qui peut nous donner ce qu’on veut”.

Malgin, ce casse-tête

Denis Malgin en a fait voir de toutes les couleurs à FR Gottéron.

Denis Malgin en a fait voir de toutes les couleurs à FR Gottéron.

Pascal Muller/freshfocus

En voyant la deuxième règle de dimanche au Hallenstadion (20 heures), le FR Gottéron aura donc deux raisons de s’améliorer, selon l’entraîneur des Dragons : chercher le résultat qui limite la scène de l’action du triplé Andrighetto-Malgin-Hollenstein , qui a inscrit trois buts zurichois vendredi. Hollenstein était premier, Andrighetto deuxième et Malgin troisième, pendant la pause.

“Ils ont vraiment aimé jouer ensemble”, a salué l’entraîneur suédois du ZSC Rikard Grönborg. “Ce sont des joueurs qui n’ont pas peur, s’il le faut, d’être durs. C’est ce que je dis qu’ils n’hésiteront pas à saisir leur temps à l’avenir. C’est ce qu’ils font. Ils ont fait pour nous la première opération à Fribourg.

Sven Adnrighetto (à droite) et Denis Hollenstein ont frappé dans l'Acte I. Les deux hommes, avec leur centre Denis Malgin, ont joué les premiers dans le dernier quart-temps contre Bienne.

Sven Adnrighetto (à droite) et Denis Hollenstein ont frappé dans l’Acte I. Les deux hommes, avec leur centre Denis Malgin, ont joué les premiers dans le dernier quart-temps contre Bienne.

Pascal Muller/freshfocus

Avec Malgin en tête – sans doute le meilleur joueur du pays à un seul niveau – le ZSC a eu du temps dès le dernier quart face à Bienne, dont les premiers matchs ont été difficiles (menant 0-2 en championnat) puis 2-3, le ZSC enfin. gagnant 4-3 dans la série contre les Seelanders).

Huit minutes sans compter

“Dans les surfaces contre Bienne, nous avons réussi la fin du jeu de puissance du HC Bienne, qui a été très bon jusqu’à présent.”

Rikard Grönborg, entraîneur des ZSC Lions.

Numéro deux, le jeu du pouvoir. Contrairement à la précédente histoire contre le LHC, Gottéron n’a pas utilisé sa grande énergie pour faire la différence face aux Zurichois. Il y a eu beaucoup moins de performances dans l’eau qu’au dernier quart-temps, mais surtout, c’était un meilleur match de boxe.

“Le jeu de puissance des Fribourgeois, on en a beaucoup appris, vous vous en doutez, expliquait Grönborg. C’est leur force et ils sont géniaux là-dedans. Mais dans les surfaces contre Bienne, c’est nous qui avons réussi l’arrivée en puissance du HC Bienne. jeu, qui était le meilleur jusqu’à présent. Pour les Dragons, voir la faille dans la « case » zurichoise est vraiment la clé de cette série.

A Fribourg vendredi, les Dragons ont passé huit minutes avec un homme de plus sans marquer. C’est une anomalie pour les équipes spéciales fribourgeoises d’avoir fait preuve de peu de performance lors de cette séance d’entraînement contre les Lions du LHC il y a quelques jours. Cependant, c’est un choix sûr que des experts comme David Desharnais et Chris DiDomenico, les deux ingénieurs du jeu de puissance fribourgeois, pourront bientôt trouver des solutions pour régler le problème.

Leave a Comment

%d bloggers like this: