la luxure va-t-elle continuer cet hiver ?

Grâce à l’année dernière, le ski nordique verra-t-il le même potentiel cette saison, lors de la réouverture des domaines de ski alpin ?

Le premier souffle de l’hiver couvrit la terre de blanc. Il a poursuivi la chute et réveillé l’envie de fuir la saison dernière. Une saison marquée par le (ré)apprentissage du ski nordique : ski de fond, biathlon, raquettes ou traîneau à chiens. Dans le contexte de la fermeture des remontées mécaniques, la région nordique a connu une année significative avec un chiffre d’affaires gouvernemental de 19,4 millions d’euros, soit… le double de la moyenne des cinq dernières années (9,7 millions d’euros).

“Je veux qu’on change l’expérienceMarine Michel, présidente-déléguée de Nordic France, entreprise engagée depuis 1985, s’intéresse aux domaines skiables nordiques. L’année dernière, nous avions convenu avec un client que nous ne recherchions pas un ski alpin, une opération low-cost pour implanter le ski alpin. En cette saison, nous ne savons pas ce que font les gens. Est-ce que quelqu’un reviendra? Seront-elles séparées entre les pistes de ski alpin ? Nous attendons.

Les ventes de “pass nordiques” sont en hausse.

Les préventes d’abonnements représentent 20 % des nouveaux clients. anzebizjan / Adobe Stock

La première tournée de vente de la passe de saison, qui se termine le 15 novembre, offre des conseils de première main. Par rapport à la période 2019/2020, nous constatons une augmentation de 40% des préventes, 20% des nouveaux clients.

Ces chiffres confirment les données recueillies à l’issue d’un recensement effectué à la fin de l’hiver dernier. « On a demandé aux formateurs quels métiers étaient proposés, ils n’ont pas inclus le ski alpin car les remontées mécaniques étaient fermées, car ils voulaient s’entraîner pour l’hiver à venir.explique Jean-Marc Silva, directeur général de France Montagne. 8% nous ont dit qu’ils aimeraient désormais passer au ski alpin avec ces activités, 16% aimeraient continuer le ski alpin uniquement et 76% ont répondu qu’ils aimeraient séparer leur temps entre les deux. Il a un vrai pouvoir. ”

Cette possibilité, la France nordique la connaissait avant le début de la crise sanitaire. En 2019, le gouvernement a commandé une étude sur les nouvelles stratégies et scénarios socio-économiques à entreprendre pour développer le ski nordique en France.

Présenté le 8 novembre à Bois d’Amont (Jura) lors des 6es Rencontres nordiques, il a été rappelé que le potentiel économique de la formation – pour un euro du roi, il y a 14,8 euros de retombées économiques à l’intérieur. Mais il a aussi pointé les carences de l’hiver passé, en matière d’accueil des visiteurs montagnards et nordiques. « Nous avons nos défautsrésumé par Marine Michel. L’hospitalité de ces grands afflux de skieurs n’a pas changé. Nous avons fait notre tour. Nous devons nous adapter aux besoins de ce nouveau client. »

Considérez à nouveau les arrière-cours nordiques

Le « backcountry » ou la station de ski nordique, est une expérience différente. Situé dans le Jura sur les pentes du Mont D’Or, surplombant les Alpes. AMB / Bibliothèque du Tourisme Bourgogne-Franche-Comté

A cet égard, le ministère de l’Industrie de Haute-Savoie a annoncé le 20 novembre un plan de développement du ski nordique dans la filière. Enveloppe : 50 millions d’euros. Le budget alloué sur l’ensemble de la commande pour le ski nordique est de 7 millions d’euros. L’industrie de la réduction “étendre” avec l’essentiel pour avoir le meilleur des deux mondes (voitures, camions, ski, etc.) et divertir les skieurs. C’est là que les travaux se sont déroulés dans les régions nordiques françaises depuis un an.

Dans le Dévoluy (Hautes-Alpes), par exemple, l’offre nordique a été restructurée avec une réduction du nombre de kilomètres de sentiers, une augmentation des ateliers publics et le développement d’un équipement de loisirs. .

A ce stade, Savoie Nordic a décidé d’aménager des espaces ludiques à l’entrée des domaines nordiques pour les nouveaux professionnels. “Nous savons que le nordique est une discipline populaire mais le risque d’entraînement est parfois élevé en raison de la difficulté des parcours et d’autres dangers. explique Nicolas Rosset, gérant de Savoie Nordic. Nous devons le rendre beau. Si les gens s’amusent, revenez. »

Les dirigeants des régions nordiques veulent montrer leur résilience, comme, selon Nicolas Gotorbe, le chef de la région du Jura nordique, « Les travaux aujourd’hui répondent à certaines préoccupations de la communauté, il y a plus de 15 ans.. Le nordique offre une véritable expérience. Nous devons concrétiser nos rêves. »

En empruntant cette voie empruntée l’an dernier tout en offrant une randonnée relaxante à ses connaisseurs, le ski nordique prolongera l’ascension.


Voir également – “Pas de santé” dans les hôtels au ski sauf en période d’épidémie, annonce Jean Castex

Les bons sites

France nordique : www.nordicfrance.fr

Montagnes du Jura : montagne-du-jura.fr

Espace Nordique Jura : espacenordiquejurassien.com

Haute-Savoie Nordique : haute-savoie-nordic.com

Savoie Nordic : www.savoienordic.com

.

Leave a Comment

%d bloggers like this: