Le groupe de musique courte ukrainien est en mission à Montréal

Il n’y a que trois patineurs ukrainiens à Montréal, avec le jeune olympien Oleh Handei, 26e aux Jeux de Pékin. Mais ils sont en mission. Ils voulaient entrer dans ces mondes même si leur terre était très importante.

C’est très important pour nous, car nous pouvons montrer au monde que l’Ukraine tient bon et que le pays tiendra. »

Il y a un dicton Mariya Dolgopolova, bonhomme de neige ukrainien

Le coureur de 25 ans a posé cette réponse sans hésitation et dans un anglais noble.

Les membres de l’équipe ukrainienne et leur entraîneur ont fui leur patrie au début de l’invasion russe pour se rendre en Pologne, où ils étudient actuellement.

Mariya Dolgopolova a laissé la moitié de sa famille en Ukraine, tandis qu’Oleh Handei, 23 ans, est parti seul. Son père a dû rejoindre l’armée ukrainienne et sa mère était dans une autre ville avec ses sœurs. Il en est de même pour Svitlana Repetska, 17 ans, dont le père est à la guerre et la mère, avec des amis.

Cela fait longtemps que je n’ai pas vu ma famille”, a déclaré Svitlana Repetska. Difficile.

Mariya Dolgopolova. Il y a des bombardements tous les jours. Je suis rivée sur mon téléphone 24h/24 pour avoir de leurs nouvelles. C’est très dur.”,”text”:”Certains de mes amis sont toujours à Kharkiv, ma ville natale, ajoute Mariya Dolgopolova. Il y a des bombardements tous les jours. Je suis rivée sur mon téléphone 24h/24 pour avoir de leurs nouvelles. C’est très dur.”}}”>Certains de mes amis sont à Kharkiv, ma ville natale, raconte Mariya Dolgopolova. Les balles sont disponibles tous les jours. Je raccroche mon téléphone 24h/24 pour les entendre. Très difficile.

Cette guerre en Ukraine a changé la vie de ces jeunes et de leurs professeurs qui ne savaient pas ce qui les attendait.

Cela a tout changé, cela a changé nos plans, cela a changé notre avenir. Nous ne pouvons rien planifier pour le moment. Asseyez-vous mains et bouche pour la bataille. »

Il y a un dicton Mariya Dolgopolova, bonhomme de neige ukrainien

Comprenant que le jeu tournait sur l’ambassadeur d’Ukraine, le Montréalais Marc Schryburt a voulu mettre un peu de baume. Le meilleur marqueur de l’équipe canadienne a prévu que des patineurs du Canada et de l’Ukraine s’entraînent en même temps cette semaine.

Normalement, on ne va pas prendre les devants et aller discuter avec les pays avec lesquels on a de la difficulté à échanger au niveau de la langue, mais j’ai remarqué même une proximité entre les athlètes durant la semaine.”,”text”:”Symboliquement, on voulait poser un geste. C’était important de démontrer notre ouverture face à la situation qu’ils vivent présentement, explique Marc Schryburt. Normalement, on ne va pas prendre les devants et aller discuter avec les pays avec lesquels on a de la difficulté à échanger au niveau de la langue, mais j’ai remarqué même une proximité entre les athlètes durant la semaine.”}}”>Par symbolique, on veut créer un personnage. Il est important de noter que nous nous ouvrons à la situation qu’ils voient maintenant, explique Marc Schryburt. Normalement, nous ne prenons pas l’idée et allons discuter des pays où nous avons du mal à communiquer verbalement, mais je vois une relation étroite entre les joueurs sur une base hebdomadaire.

Na Handei

Photo : Radio-Canada / Étienne Bruyère

De cette façon, l’équipe ukrainienne apprécierait que s’ils avaient de la difficulté à suivre les Canadiens sur la neige, ils nous le diraient en riant. Soit dit en passant, les joueurs ukrainiens voient le soutien de la communauté sportive ici. Lorsqu’on leur demandait souvent s’ils avaient besoin d’aide, on leur faisait des câlins.

Ils font tout et nous les apprécionspartie de Mariya Dolgopolova.

Soucieux de l’état d’esprit qui les habite, l’entraîneur ukrainien fait un geste d’interaction avec ses joueurs pour montrer l’esprit d’équipe de l’équipe.

L’Ukraine est un pays très fort, libérant Vitalii Sivak, dans un anglais approximatif. Ce joueur de hockey, qu’on voit souvent porter la casquette des Canadiens de Montréal, a perdu le sourire à tout jamais, a déclaré Marc Schryburt. Nous pouvons comprendre.

Notre raison de nous battre est pour les Ukrainiens qui vivent là-bas, pour ceux qui se battent pour notre pays et pour ceux qui ont perdu la vie. »

Il y a un dicton Mariya Dolgopolova, bonhomme de neige ukrainien

Le jeune patineur a terminé son discours avec larmes et tristesse.

En effet, cette équipe a démontré son engagement et son engagement vendredi au stade Maurice-Richard. Mariya Dolgopolova a réalisé deux records personnels le premier jour.

Très bien pour ne pas porter de chaussures pendant 20 jours. Son coéquipier actuel Oleh Handei s’est qualifié pour le dernier quart du 500 m samedi. “,”text”:”De quoi être fier et heureux “}}”>C’est quelque chose dont on peut être fier et heureuxDit-elle avec un sourire.

Nous serons heureux quand la guerre sera finie et nous pourrons être libresla voiture a continué.

Le jeune ambassadeur d’Ukraine entend profiter des conséquences de son séjour dans le monde, à Montréal, avant de retourner en Pologne.

Le reste, ils ne le savaient pas.

Leave a Comment

%d bloggers like this: