le retour du Trophée Andros à Orcières ?

Le fondateur et organisateur de l’événement s’est rendu au Champsaur. Un centre de développement des écosystèmes peut voir le jour, le tout d’ici 2024.

Le secret est bien gardé à ce jour. La Vallée du Champsaur, et la plus grande ville d’Orcières-Merlette, planchent sur un projet d’envergure, a appris BFM DICI : ramener le Mythique Trophée Andros dans les Hautes-Alpes.

Depuis 1990, le parcours de cette course hivernale se déroule sur le circuit de glace de Serre-Chevalier. Un circuit condamné dès le bail sur La Salle-les-Alpes et la famille Laurent n’a pas été remplacé par la commune qui voulait y construire des maisons. Suite à la bataille judiciaire, un juge de la chambre en novembre dernier a ordonné l’expulsion des chauffeurs de la patinoire de Serre-Chevalier.

Cinquante ans après sa fondation, ce circuit littéraire sera fermé fin 2021, déplaçant ainsi le Trophée Andros de son œuvre traditionnelle dans les Hautes-Alpes.

Si la chute de la famille Laurent est à prévoir, la Vallée du Champsaur va sûrement respirer un nouveau souffle.

“Heureuse est toute la vallée depuis cet endroit”

Tout a commencé lorsque Marie-Laure Laurent, l’épouse de l’ancien guide touristique de Serre-Chevalier Julien Laurent, a rencontré Patrick Ricou. Commerçante et directrice générale de La Filature du Valgaudemar, qui devient Laines du Valgaudemar, Marie-Laure Laurent s’est entretenue avec le président de la Direction des Affaires Economiques et Financières des Hautes-Alpes lors du dernier Salon.

Un changement positif a donné une impression prometteuse à l’esprit de Patrick Ricou : ramener le Trophée Andros dans les Hautes-Alpes, chez lui à Orcières-Merlette. Mais pas à n’importe quel prix.

“Patrick est pragmatique, consensuel et respectueux. Il ne peut pas démarrer un projet sans un soutien unanime”, explique une raison qui suit de près l’évolution du projet. Et de poursuivre : “son but est d’en faire profiter toute la vallée et le pays, en prenant soin de n’oublier personne tout en se montrant les plus sceptiques”.

C’est un projet environnemental

Le projet devrait avoir lieu au parc d’attractions d’Orcières-Merlette, une zone importante qui a une industrie de kart électrique. C’est la principale raison pour laquelle Patrick Ricou se lance, c’est-à-dire ce nouveau projet en tant qu’environnement.

“Le Trophée Andros s’appelle désormais l’e-Trophy Andros. Cela signifie la foudre.

A notre connaissance, Patrick Ricou, Julien Laurent et l’ASA des Alpes veulent créer un pôle de développement de l’éco-mobilité. Il y a un espace ouvert toute l’année où les équipes, les techniciens ou les pilotes peuvent venir essayer de nouvelles technologies de course et des moteurs propres.

Max Mamers enchanté

Et le chemin vers tout ça ? Les détails de maintenance de l’e-Trophy Andros sont précis et critiques. Si le retour du tournoi dans les Hautes-Alpes est confirmé, ce sera un événement particulier, préalablement sollicité dans les activités de la tournée Paul Ricard au Castellet, qui complétera le parcours.

Maintenant, deux films de sport automobile sont venus prendre la chaleur sur Internet. Notamment le fondateur et organisateur du Trophée Andros, Max Mamers, suivi du pilote Franck Lagorce, qui a récemment visité le Champsaur. Ils ont abandonné la divination.

“Il a vraiment beaucoup de pouvoir”, a déclaré Max Mamers à BFM DICI. « Nous avions prévu une future journée pour Orcières, mais les travaux étaient urgents. Alors Tignes s’est installé. Hautes-Alpes.

“Il y a une grande envie de notre côté de ramener le Trophée Andros dans les Hautes-Alpes. Et Orcières a donné de belles idées”, a déclaré Julien Laurent à BFM DICI.

Le retour du Trophée Andros dès 2023 ?

« Mais il faut faire attention. Rien n’a été inscrit. Rien n’a été inscrit. responsable du circuit de glace de Serre-Chevalier. « L’autre partie est cette volonté de créer une e-zone, en renforçant les programmes liés à la verdure et aux écosystèmes.

L’histoire du Trophée Andros reviendra-t-elle en 2023 ? “Non ! C’est à Tignes”, a vite répondu Patrick Ricou. “Rien n’a été fait. Mais nous avançons avec détermination et volonté”, a déclaré le maire d’Orcières à BFM DICI.

“C’est un matin très clair pour la compétition à venir. Le site mérite le travail que nous y avons mis. C’est une bonne idée depuis longtemps. Il n’y a aucune garantie que cela se produira”, a déclaré Patrick Ricou.

Que diriez-vous d’une piste de ski de fond qui va là où la piste est tracée ? “Le ski de fond et l’arrivée du Trophée Andros, ce n’est pas possible une semaine par an”, a conclu le ministre d’Orcières.

Leave a Comment

%d bloggers like this: