Lele ski | Joséphine Pagnier : “Quand j’ai vu que j’étais sur le podium, je n’y croyais pas” | Magazine nordique | #1 Biathlon

Ski : Joséphine Pagnier renoue avec son premier podium en Coupe du monde

Ce dimanche, le Jura Joséphine Pagnierà 19 ans, terminant troisième du Coupe du monde de saut à ski Hinzenbach (Autriche), grimpant sur son premier podium. Devenu le troisième Français, après Coline Mattel un Julia clairepour accomplir cette tâcheil obtient les rires des grands jours pendant le protocole.

Lundi, après la réunion Lillehammer (Norvège) où je maka-ea commencé en quelques heures, il était confiant La librairie nordique. Lumière.

  • On s’est dit que c’était un grand plaisir de décrocher ce premier podium en Coupe du monde : qu’en avez-vous pensé à ce moment-là ?

Quand j’ai vu que j’étais confirmé sur le podium, chaud, je n’y croyais pas. Quand j’ai volé, j’étais deux derrière Marita Kramer et deux à gauche sur le tremplin. Je me suis dit que je le tenais… Quand j’ai vu la Suède [Frida Westman, NDLR] après moi, beaucoup ! Julia [Clair] Celui qui a vu la mouche m’a dit qu’il savait que c’était bon [rires].

Joséphine Pagnier (FRA) – Tumashov/NordicFocus
  • La veille pourtant, vous avez eu un problème…

Samedi, lors de la première course, j’ai en fait terminé vingt-quatre, dur. Je me sentais bien à la fin, j’avais beaucoup d’exigences personnelles et ça “volait” vers moi. Je n’ai pas volé autant que je savais le faire. On a beaucoup discuté avec le staff et j’ai abordé la deuxième journée dans le but de limiter la pause pour départager le top 15. J’y suis allé en fait, pas comme Willingen [où elle avait terminé quatrième en janvier, NDLR] et les Jeux olympiques dans lesquels j’ai une grande confiance. Là, j’avais chaud et donc c’était encore plus beau de monter sur le podium après ça.

“Alors j’ai regardé le chemin et j’ai donné cette conclusion”Joséphine Pagnier chez Nordic Magazine

  • Comment expliquez-vous que vous ayez pu monter sur le podium ?

J’ai fait un bon vol pendant longtemps et je n’avais pas l’intention de mettre de l’énergie dans mes jambes pour me forcer à continuer mon vol jusqu’au bout. C’est ce que je n’ai pas bien fait samedi quand je pensais au long trajet avant de penser au chemin pour y arriver. Le deuxième jour, j’ai donc regardé la piste et j’ai donné cette conclusion.

Joséphine Pagnier, Biathlon, sortie, équipe nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Joséphine Pagnier (FRA) – Tumashov/NordicFocus
  • Vous êtes le troisième après le premier vol : comment ça se passe entre les deux vols ?

Normalement, je ne suis pas une personne très ferme, alors, comme d’habitude, j’ai essayé de suivre. Quelqu’un a besoin d’être calme, tout est différent. Le premier jour, avec cette compétition à ne pas manquer, m’a beaucoup aidé pour ce saut entre les deux car, de toutes les choses à venir, mon week-end en valait vraiment la peine. J’ai donc vérifié mes pensées et cela a fonctionné pour le podium. Mais pour moi, la connaissance est plus qu’un résultat.

“Cette saison, ce que je préfère, c’est tous les week-ends, presque tous les jours, et je suis sur quelque chose.”Joséphine Pagnier chez Nordic Magazine

  • Alors vous êtes sur le podium : qu’est-ce que c’est ?

C’est étrange [rires] ! J’en ai rêvé depuis que je suis toute petite, et dire que c’est fini, on ne peut pas m’en enlever, c’est ridicule. J’espère en faire plus !

  • Pensez-vous que le plafond de verre, le rideau avec ces trois places, est brisé ?

Je ne dirais pas ça. Je savais depuis un moment que je pouvais faire ce genre de travail et ce sera encore mieux sur cette clôture cassée (sic) cet hiver. Ce podium me montre avant que je puisse. Ma plus grande passion cette saison est chaque week-end, presque tous les jours, et je suis dans quelque chose. J’ai hâte que la fin arrive parce que je m’en sors bien.


Les cinq dernières nouvelles

Leave a Comment

%d bloggers like this: