Libérer le terrain | Lygna : Emmanuel Jonnier sort l’édition tricolore des Mondiaux Junior et U23 | Magazine nordique | #1 Biathlon

Ski de fond : Emmanuel Jonnier attend la confirmation de ses joueurs à chaque niveau

C’est une prière importante sur les falaises de Lygna (Norvège). A l’issue de ces Championnats de ski Juniors et U23, la France est repartie avec une médaille d’argent, la course finale et le relais combiné avec Mélissa Gal, Théo Schely, Jules Chappaz un Eve-Ondine Duchaufour.

Car La librairie nordiquel’entraîneur de cette équipe de France masculine, Emmanuel Jonnierretour sur les temps forts de ces championnats du monde, valeur en idées pour le moins.

  • Comment analysez-vous les résultats des Bleuets à ces Mondiaux juniors et U23 ?

C’était très déroutant. Il y a des choses qui sont bonnes, des choses qui sont au plus haut niveau du monde, certaines qui sont justes et d’autres qui ne sont pas si bonnes. C’est la somme de toutes les entreprises. Heureusement, nous ne sommes pas revenus les mains vides. Nous connaissons les bons, où nous devons les améliorer. C’est super pour l’avenir.

ʻO Théo Schely (FRA) – Jon Christen Bjone / Lygna 2022
  • L’objectif annoncé était de deux médailles. Êtes-vous déçu de ne pas être venu ?

Pollution s’il n’y a personne. Si l’on compare les stars, on pourrait en avoir trois selon moi, avec le relais jeunes hommes et le sprint U23.

Mais, vous savez, les choses n’ont pas été faciles à la fin. Mieux encore, ne cassez pas un arbre, à moins que l’esprit ne soit plus vulnérable ce jour-là. Jules Chappaz est en bonne position. Il est arrivé à la fin, qui était la limite minimale pour lui. Mais il a eu ce malheur.

Jules Chappaz, Biathlon, ski d'état, équipe nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Jules Chappaz (FRA) – Jon Christen Bjone / Lygna 2022

Il y avait aussi la cuirasse des jeunes hommes. Mathis Desloges a remporté une belle médaille, par exemple.

  • En fait, vous parlez du relais des jeunes hommes. Qu’a-t-il fallu aux Bleuets pour remporter la médaille?

Pour nous, la semaine a été bien plus tourmentée par ce genre de 30 km par jour que par le relais. C’est un programme qui ne l’est pas. Parmi les avantages, il faut attendre longtemps à la fin des compétitions. Mais les Norvégiens nous ont donné une ligne de conduite comme celle-ci. Le 30 km skate a toujours gagné pour la France, il a donc fallu y mettre beaucoup d’eau, sachant que ça ferait mal le reste de la semaine. Et ce fut un désastre.

Mathis Desloges, biathlon, navigation étatique, joint nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine
Mathis Desloges (FRA) – Benedikte Johnsen / Lygna 2022

Pour la première fois, la personne moyenne est plus ouverte d’esprit qu’un patineur débutant. Quand on voit que les quatre premières cases terminent aux quatre premières places en une minute mieux que tout le monde… Mais on le verra plus tard. C’était dégueulasse d’équilibrer nos forces à ce 30 km.

Toutes les autres nations ont ensuite lutté pour survivre. Tout le monde s’est vu en feu après ces 30 km. Les quatre Russes se promenaient quand nous avons tous fini. Les Allemands, les Suisses, les Italiens… tout le monde a les mêmes problèmes que nous.

L’article continue d’être examiné
Luc Primet, Biathlon, navigation d'état, équipe nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, biathlon mag nordique, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Luc Primet (FRA) – Benedikte Johnsen / Lygna 2022

Je n’ai pas osé leur demander de partir, car ce n’est pas une honte de quitter ce projet que les organisateurs que je choisis sont une honte. Il devait s’empêcher de voler le lendemain. Mais ce n’était pas une mauvaise course que faisaient Mathis Desloges et Luc Primet, ils se sont bien battus.

  • Par contre, il y a une course que tu apprécies, c’est le combiné U23. Comme toujours, on aime presque à le dire, les événements corporate marchent bien pour l’équipe française…

C’est une médaille qui perpétue la culture du succès de l’entreprise française. Il nous est impossible de refaire de grands matchs compétitifs. Les joueurs peuvent s’améliorer en combattant des personnes plus fortes qu’eux.

Aujourd’hui, il y a des joueurs qui sont meilleurs que nous depuis de nombreuses années en matière de relais. Sérieusement, nous nous battons pour d’autres choses. Plus la hiérarchie est restreinte, moins les combats sont intenses à quinze comme à cent joueurs chacun, plus les duels ont du sens.

Jules Chappaz, Eve-Ondine Duchaufour, Mélissa Gal, Théo Schely, Biathlon, croisière, joint nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski ski, biathlon magazine, Nordic Magazine, Kokoke Ski
Mélissa Gal (FRA), Théo Schely (FRA), Jules Chappaz (FRA), Eve-Ondine Duchaufour (FRA)-Benedikte Johnsen / Lygna 2022
  • Pensez-vous que cela a été fait dimanche lors du relais de groupe ?

Nous avons vu quatre transporteurs augmenter significativement leur curseur sur ce relais. Mélissa Gal s’est bien comportée aux essais normaux, tout comme l’an dernier à Vuokatti. Il n’a rien à envier aux meilleurs U23, même s’il a eu du mal pendant son mandat, bien sûr.

Quant à Théo Schely, il a fait ce qu’il voulait. Il était le chef de son relais, bien sûr. Il prend le pouvoir à volonté, il tient jusqu’au bout. Il a posé une mine pour les Norvégiens sur la colline. Pour eux, c’est un grand signe et c’est une nation qu’ils doivent développer à l’avenir. Ils savent qu’ils peuvent jouer avec les meilleurs étrangers à tout âge et personne n’est jaloux d’eux.

Jules Chappaz a voulu révéler qui il était. Il a fait un excellent travail. Pour Eve-Ondine Duchaufour, elle a affaire à la médaillée olympique russe Veronika Stepanova. Il a fait une course qu’il n’avait jamais faite auparavant, c’était sa meilleure course. Du coup, on se dit toujours, pourquoi pas, on peut jouer la médaille d’or sous certaines conditions. Malgré son opposition aux Norvégiens, il a pris ses responsabilités et les Norvégiens n’ont peut-être pas envisagé ce problème. C’est une question de fierté d’être placé entre la Norvège et la Russie, nous sommes tous très heureux.

  • Comment avez-vous motivé les troupes et les avez-vous maintenues fortes jusqu’au dernier jour du tournoi ?

On s’est dit dans la semaine, même s’il y avait des courses, on y est allé et on a continué à se battre. Nous ne sommes pas partis jusqu’à la dernière fois que nous l’avons fait. C’était une belle course et nous nous sommes bien amusés. Vouloir jouer vers l’avant et c’est ce qu’on a pu faire ce dimanche. C’est un excellent moyen de mettre fin à un mémoire de grande envergure.

  • Y a-t-il un autre plaisir à se montrer du côté français dans ces Mondiaux ?

Chez les jeunes filles, le relais est très bon. Liv Coupat a attiré l’attention de tous avec sa performance, qui a été la deuxième saison de patinage la plus rapide. D’autres se sont bien passés, notamment Julie Pierrel, Cloé Pagnier et France Pignot. C’était une très bonne sixième place pour eux.

Liv Coupat, Biathlon, navigation, équipe nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Liv Coupat (FRA) – Jon Christen Bjone / Lygna 2022

Ce mercredi, retrouvez l’interview de Samuel Rege-GianassoLa jeune coach féminine et U23, qui détaillera le travail des Bleuettes.


Les cinq dernières nouvelles

Leave a Comment

%d bloggers like this: