Libérer le terrain | Maxime Grenard : “On a commencé l’été avec une autre idée” | Magazine nordique | #1 Biathlon

Ski Classics : Maxime Grenard compte sur ses nouveaux protégés

Maxime Grenard et la seule équipe française en compétition Classiques de skika Les informations tarifaires de l’entreprise nordique – Fromageries Marcel Petite. elle fait confiance La librairie nordique de ses réflexions sur les nouveaux arrivants et l’été à venir pour son équipe.

  • Comment va se dérouler votre été en prévision de la prochaine saison des Classiques de ski ?

Nous nous retrouverons bientôt pour une première rencontre. Tout ne sera pas disponible, mais nous ferons le premier départ même si les athlètes continuent de s’entraîner depuis un certain temps. Nous sommes partis sur les mêmes principes que l’été dernier. Les skis à roulettes sont connus pour être un réel avantage pour les sportifs. Il y a eu beaucoup de succès donc nous participerons aux courses du World Classic Tour, au Blink Festival et à l’Alliansloppet. Nous serons également présents aux Jeux olympiques français. Nous avons eu une année difficile avec un problème de santé où il n’y avait pas beaucoup de concurrence. Mettre le dossard et faire les kilomètres dans les pelotons est très important.

L’entreprise d’expérience nordique en Suède – Visma Ski Classics
  • On trouve la re-création des éventails pour l’hiver, Maxime Grenard… c’est super…

Cela nous donne une bouffée d’air frais, très agréable. Nous voyons le reste en paix. Il y a un an environ, Decathlon nous quittait. Cette année, personne n’a décidé de partir, alors nous avons commencé l’été avec une sorte d’idée. Plus tard, nous avons réalisé qu’il n’y avait pas assez d’informations sur le Trésor. Mais nous sommes aussi occupés à chercher d’autres choses.

  • Vous obtenez deux nouveaux visages dans vos cours : Jérémy Royer et Hedda Baangman. Vous songez à recruter un troisième membre pour la prochaine édition de Ski Classics ?

Au début, non. Nous travaillons à renforcer notre synergie avec le centre de formation. On veut continuer ce qu’on a commencé l’an dernier avec des joueurs comme Solène Faivre ou Brice Milici de la Féclaz Formation Longue Distance. Nous voulons continuer cette équipe.

Solène Faivre, Biathlon, avant-gardiste, association nordique, fly ski, special fly, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Solène Faivre (FRA) – Jolypics
  • Parmi ces joueurs qui peuvent jouer devant, on peut compter sur Thomas Joly, qui a réalisé de belles performances cette saison. Pensez-vous qu’avec le départ de Bastien Poirrier il pourrait devenir le leader de l’équipe ?

Il commence à acquérir des connaissances, de la confiance. Quand tout est en ligne, ça marche bien. Maintenant, il faut rouler pour éclaircir ces petits détails afin qu’il puisse rouler normalement et jouer vers l’avant chaque semaine. Nous sommes sur la bonne voie. Une saison comme celle-ci va lui donner confiance et le mettre en bonne position pour attaquer les courses. Je pense qu’il va encore une fois franchir un cap qui viendra en hiver de manière normale. Il commence à assumer ce rôle de leadership non seulement par ses expériences mais aussi par son désir d’apprendre. C’est très spacieux, intéressant dans tout ce qui concerne cela. Bastien était père avant le blaster. C’est le contraire.

Visma Ski Classics, Thomas Joly, Ski de fond
Thomas Joly – Sciences nordiques
  • Pour les nouveaux venus, il y a Jérémy Royer, qui a participé pour la première fois aux Classiques de ski l’hiver dernier avec vous. Que penses-tu de lui pour sa première saison avec l’équipe ?

Jeremy est une grande autorité. Il était un peu comme Thomas. C’est un jeune homme, il doit changer ces choses. Il n’a jamais eu un tir à 100% et 100% longtemps. Mais je pense que c’est quelque chose pour renforcer l’équipe. Je pense qu’il peut jouer dans le top 30 et pourquoi pas dans le top 15 ou 20 si ça va. Il est avec nous à Diagonela et il est dans l’équipe de tête jusqu’aux 20 derniers kilomètres, que ce soit à l’Open de Venosta ou à la Transju’. Une promesse. C’était un atout très précieux pour Thomas dans la course.

  • Hedda Baangman affronte Kati Roivas, qui a quitté le puits pour l’équipe Næringsbanken. Comment avez-vous réussi cela ?

Il a couru si vite que Kati était sur le point de partir. Ce n’est pas une option financière, mais une option sportive. Elle voulait découvrir la culture norvégienne et tout un groupe de filles pour l’amener. C’était dur de le voir partir, mais nous étions très contents d’avoir Hedda, qui est au même niveau. Il aimait le programme, il avait une bonne image de notre équipe. Nous voulons avoir une troisième fille de la classe Hedda pour finir l’équipe. Les décisions politiques et sportives permettent finalement à Jennifer de continuer [Lambert, NDLR] et Solène [Faivre, NDLR] pour la saison. Il y a d’autres histoires plus tard comme celle de Claire Moyse qui revient aux Ski Classics, ou les filles de FFLD, qui pourraient prétendre rejoindre l’équipe dans le futur.


Lis le


Les cinq dernières nouvelles

Leave a Comment

%d bloggers like this: