Libérer le terrain | Renaud Jay : “J’ai pu faire de grandes choses” | Magazine nordique | #1 Biathlon

Ski de fond : Renaud Jay veut faire partie de Pékin 2022

Il est maintenant temps de capturer le Savoyard Renaud Jay. Après avoir travaillé fort la première moitié de la saison, le skieur de fond Menuires (Savoie) est l’idée principale pour le reste des événements. Le trentenaire a déclaré La librairie nordique ses sentiments étaient revenus et il espérait retrouver sa meilleure condition.

  • Comment décririez-vous votre première partie de saison ?

J’ai eu les meilleurs retours de Lillehammer (Norvège). Je sors d’une saison très difficile, où j’ai perdu confiance, manqué de symptômes. Je dois tout rechercher ce premier hiver. C’était encore mieux à Dresde (Allemagne) et à Lenzerheide (Suisse), où j’ai montré que je pouvais jouer avec les meilleurs, notamment avec cette demi-finale fin décembre. J’ai gagné en confiance et j’espère que cela m’aidera pour l’avenir.

  • Peut-on dire qu’on a le vrai Renaud Jay plein de ses professeurs ?

Disons que ce n’était pas Renaud Jay de l’année dernière. Cet été, lors de la préparation, je savais que j’étais pressé. Cela m’a certainement réconforté et m’a redonné ma passion pour mon plus grand objectif cette saison : les Olympiques. J’ai attendu cela pendant huit ans, car les sprints sont monnaie courante à Pyeongchang (Corée du Sud). Tout le travail que j’ai fait toutes ces années, je le sais aujourd’hui, a porté ses fruits. Et même si la saison dernière a été difficile, je me sens mieux et je peux faire quelque chose de mieux.

“J’ai attendu le sprint de Pékin pendant huit ans”Renaud Jay, dans Nordic Magazine

  • Vos performances lors de la course de l’équipe à Dresde, où vous avez bien fait, pourraient-elles être pour vous une course de référence pour la suite de la saison ?

Bien sûr, les courses de sprint sont importantes pour moi car j’aime vraiment y participer et c’est très amusant. Vous pouvez vous montrer à nouveau en faisant de nouveaux tours et en vous battant pour des amis. C’est le genre de course, je pense, qui me convient. Avec Arnaud Chautemps, nous avons montré ce dont nous étions capables. Ça m’a convaincu que j’étais bon mais pas forcément aussi ferme qu’un homme. Chaque sprint est une course directionnelle.

Renaud Jay (FRA), Valerio Grond (SUI) – Tumashov/NordicFocus
  • Nous pensons que les podiums de Richard Jouve et Lucas Chanavat vous donneront envie de donner le meilleur de vous-même. Comment est l’air dans le staff, Renaud Jay ?

Nous avions une très bonne ambiance. Avec Lucas et Richard, nous étions le noyau dur du sprint français. Le personnel a toujours été encouragé par les jeunes et les personnes âgées, mais nous avons toujours pris soin de cette grande entreprise. Nous sommes tous amis et il est évident que nous sommes heureux de voir ce que font Richard et Lucas. Lorsque nous apprenons avec eux, nous réalisons que nous pouvons parfois nous comparer à eux. Le fait que nous nous disions que nous ne pouvons pas les battre est ce qui nous oblige à faire plus que nous ne le faisons chaque jour.

  • Votre professeur, Cyril Burdet, dit que vous pouvez parfois vous mettre beaucoup de pression. Es-tu d’accord avec ça?

C’est quelque chose qui peut parfois me rapporter de bons résultats. Pendant la course, j’ai pris la mauvaise décision à chaque fois parce que mon problème était si grave. J’ai beaucoup travaillé avec un entraîneur de pleine conscience ces jours-ci et avoir de bonnes jambes et de bonne humeur est également apprécié par cela.

Lucas Chanavat, Dresde, biathlon, ski de fond, équipe nordique, flyski, fly spécial, nordicmag, Nordic Mag, biathlon mag nordique, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Gleb Retivykh, James Clugnet, Renaud Jay, Michael Hellweger , Lauri Vuorinen
Gleb Retivykh (RUS), James Clugnet (GBR), Renaud Jay (FRA), Lucas Chanavat (FRA), Michael Hellweger (ITA), Lauri Vuorinen (FIN) – Tumashov/NordicFocus

  • On espère continuer dans le futur, terminer la coupe du monde aux Rousses (Jura) tu seras peut-être triste. Comment allez-vous avec cette annonce ?

Comme on le sait, avec la sortie de presse, c’est très blessant. Je n’ai jamais eu la chance de participer à la Coupe du monde en France. La Clusaz (Haute-Savoie), c’était il y a longtemps, et en plus, c’était la première fois qu’on faisait un sprint à la maison. J’allais bien et vu les dernières performances de Lucas et Richard, on voulait avoir un podium à domicile. Mais c’est comme ça. Aujourd’hui, nous rentrons chez nous pour nous préparer au résultat. Nous sommes dans une période très tardive mais nous reprendrons bientôt après un mois de décembre très chargé.

“Je veux me forcer à la finale une fois cette saison.”Renaud Jay, dans Nordic Magazine

  • Cette annonce change également la donne pour les sélections pour les Jeux Olympiques. Voulez-vous aller à Pékin ?

Avec les Jeux, c’était pour moi l’objectif principal de la saison après Les Rousses. La décision a été considérée pour la plupart comme une question clé. Nous espérons que nous aurons l’occasion d’y arriver l’année prochaine. Mais aujourd’hui, nous regardons à nouveau les jeux. Pour l’instant, d’après ce que nous savons, nous attendrons le 17 janvier pour la liste définitive si rien ne change. Je vais continuer ce jour-là et voir si je comprends.

Renaud Jay, Biathlon, navigation d'état, équipe nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Renaud Jay (FRA) – Tumashov/NordicFocus
  • Quels sont vos principaux objectifs pour cette fin de saison ?

Si je suis élu, le sprint de Pékin devrait être accessible aux touristes. Après cela, je vais essayer de retrouver les bases en naviguant jusqu’à l’implémentation des symboles dans le classique. Au cours de la dernière année, j’ai trouvé des moyens de progresser, donc je veux le prouver. Dans le cours de skateboard, je pense que je suis dans le match. Je veux me forcer à la fin tout de suite. Plus tard, comme on dit, à la fin, il se passe quelque chose.


Lis le


Les cinq dernières nouvelles

Leave a Comment

%d bloggers like this: