Norvège, la dormeuse | Organisations nationales – Hockey sur glace

Après avoir pris trois points contre les Américains et les Tchèques, l’Autriche représente désormais deux banques centrales, la Norvège et la Lettonie. En les battant, il peut rêver du dernier quart-temps… Le problème, c’est que ces deux pays, sans être parmi les meilleures nations du monde, sont plus forts que lui ou pas responsables de lui.

Comme dans un rêve, la Norvège y atterrit. Il n’a pas atteint le dernier quart pendant dix ans. mais l’an dernier, il a mis fin aux espoirs de jouer contre la Lettonie et le Kazakhstan, sauvant ainsi la peau du Canada.

D’un bon début de match, Mathis Olimb a réalisé le premier temps en terminant son défenseur. Mais après cinq minutes de jeu, son jeune frère Ken Andre Olimb a pris le penalty dans le débat en enfermant Bernd Wolf à l’arrière de la maison. L’Autriche a bien annoncé la rondelle lors de ce premier avantage numérique. L’arrière norvégien Henrik Haukeland – probablement couvert par un coéquipier – a mis du temps à répondre du gant lorsqu’il n’a pas vu un tir de Dominique Heinrich. L’entraîneur Petter Thoresen a ensuite usé de son travail acharné pour demander à confirmer une connexion violente entre Raffl et la machine à main de son gardien… image ci-dessous).

Ce pari a été perdu par l’entraîneur norvégien donc la raison du deuxième score le plus bas, il pourrait permettre à l’Autriche d’enfoncer le score. Thomas Raffl entre dans la section par la droite mais effectue une interminable passe sans regarder Heinrich. Ken Andre Olimb a frappé la rondelle, Heinrich l’a attrapée, mais Mats Rosselli Olsen a suivi l’action et s’est échappé une fois avant de tirer à travers la peau de David Kickert (1-1). Un but sur un faible score brisera le précédent !

Il n’y a pas grand chose à faire en 5v5 dans ce jeu. En revanche, une coupure de Thomas Raffl une minute avant la pause a été une lourde conséquence. La Norvège a commencé pour la deuxième fois en supériorité numérique. A la fin du penalty, Johanessen s’est rendu coupable d’avoir attaqué la barricade, l’arbitre a levé la main pour signaler le penalty, mais Andreas Martinsen a pris le rebond sur corner. Roger Bader a comparé son collègue à demander un concours, et lui aussi a perdu : bien sûr, Johannesen était à moitié endormi sur la garde, mais c’est parce qu’il a touché les bâtons de Wimmer sur une faute signalée (2-1). Donc l’Autriche est plus grande mais conduisez pour éviter…

La prochaine pénalité est contre Max Krogdahl pour s’être mis d’accord sur le plexi. Haukeland a ensuite concédé son deuxième tir en main, un tir du cercle droit de Manuel Ganahl qui l’a touché au bras sans réplique (2-2).

Un vrai but avec un score équilibré, au final ? Non, ce n’est qu’un canular : c’est un but à 6 contre 5 sur un penalty de longue portée. Wimmer a remis son club à sa garde et seules ses mains ont pu bloquer Martin Røymark, dont le club a dévié un tir de Michael Haga qui a touché un club de tête autrichien. Double séparation mortelle (3-2).

2022 05 18 ou aut

Pour ne pas perdre pour l’Autriche, cependant, en début de troisième période, Philipp Wimmer salue Salsten d’un coude au visage. Effacer la punition du jeu. Rosselli Olsen (tranchant) et Schneider (tranchant) vont en prison. Le premier est sorti, le second n’est pas sorti. On joue donc à court de 5 contre 3. Une passe de Johanessen pourrait mettre fin à cette situation, les défenseurs autrichiens se disent qu’ils peuvent garder cette rondelle par derrière. Le but était après un ricochet dans les… planches mais Andreas Martinsen était le receveur et le retourneur pour un retour de corner de Rosseli Olsen (4-2).

Autant que nous sachions, personne n’a compté les buts réels en 5 et 5, la Norvège s’est contentée de prendre deux pénalités. Alors que Røymark était en prison, Ali Wukovits a tiré à la maison et Peter Schneider a pris le rebond sur corner non cadré (4-3). Roger Bader a pris son tuteur. Haukeland a sorti un retour mais le défenseur Benjamin Nissner a été bloqué à l’arrière du plateau. Bader a pris son temps à 22 secondes du but avant de sécuriser les dégâts. Wukovits s’impose mais Kristian Jakobsson dépasse Haudum puis Heinrich lance l’attaque et donne un carton à Ronnild (5-3).

Les styles ont donc été annulés au début de la compétition. La Norvège, en position critique à maintenir après un match facile avec les Britanniques, n’a pas assuré sa place dans l’élite mondiale avec 5 points. Mais pas l’Autriche ! S’il ne gagne pas la Lettonie ou la Finlande, cela se terminera par un match effrayant contre la Grande-Bretagne !

Les joueurs du match sont nommés : Andreas Martinsen de Norvège et Lukas Haudum d’Autriche.

Discours après le match :

Petter Thoresen (entraîneur norvégien) : « J’étais très content. C’est important pour le hockey norvégien que vous n’ayez pas de couteau dans la gorge en ce moment. J’apprécie le dévouement et la détermination des joueurs qui ont travaillé pour gagner ce match. C’est mon dernier championnat du monde. C’était important pour moi d’être dans le groupe A. Si nous n’avions pas gagné aujourd’hui, cela aurait été un parcours difficile. Nous ne le pensons pas [aux quarts de finale] mais nous voulons vraiment rivaliser avec les meilleures équipes. On doit faire des matchs solides et on compte le résultat. »

2022 05 18 ou aut0

Norvège-Autriche 5-3 (1-1, 2-1, 2-1)
Mercredi 18 mai 2022 à 16h20 au Nokia Arena de Tampere. 6137 téléspectateurs.
Concurrents : Fraser Lawrence (CAN) et Miroslav Štolc (SVK) assistés de Maxime Chaput (CAN) et David Obwegeser (SUI).
Taille : Norvégien 14′ (6′, 2′, 6′) ; Autriche 33′ (4′, 2′, 2′+25′).
Tirs : 26 novembre (8, 12, 6) ; Auguste 27 (7, 7, 13).

Augmenter le nombre :
0-1 à 06’48 : Heinrich est assisté de Wukovits et Schneider (num. Sup.)
1-1 à 07’33 : Rosseli Olsen assisté de KA Olimb (inf. Num.)
2-1 à 20’55 : Martinsen est assisté de Johanessen et Rosseli Olsen
2-2 à 26’54 : Haudum est assisté par Unterweger et Ganahl (num. Sup.)
3-2 à 31’44 : Røymark est assisté par Haga et Nørstebø
4-2 à 47’32 : Rosseli Olsen assisté de Martinsen et KA Olimb (double sup.)
4-3 à 56’12 : Schneider est assisté de Wukovits et Heinrich (num. Sup.)
5-3 à 59’47 : Ronnild est assisté de Jakobsson (vacance)

Norvège (2′ de siège pour jeu lent)

tout droit:
Mats Rosselli Olsen (+2, 2′) – Mathis Olimb (C, +2) – Ken Andre Olimb (A, +2, 2′)
Martin Røymark (+1, 2′) – Michael Haga (+2) – Andreas Martinsen (+2)
Ludvig Hoff – Mathias Trettenes (A) – Kristian Jakobsson (+1, 2′)
Eirik Salsten – Magnus Brekke Henriksen (2′) – Martin Ronnild (+1)

Défenseurs :
Emil Lilleberg (+1) – Johannes Johannesen (+2)
Mattias Nørstebø (+1) – Max Krogdahl (+1, 2′)
Daniel Boen Rokseth (+1) – Andreas Klavestad
Kalikiano Kasastul (+1)

kahou :
Henrik Haukeland

Contributeurs : Henrik Holm (G), Magnus Geheb. En soumission : Jonas Arntzen (L), Christian Bull (D), Tobias Fladeby (A).

L’Autriche (2′ de siège pour jeu lent)

tout droit:
Marco Kasper-Lukas Haudum (-1)-Brian Lebler (-1)
Thomas Raffl (C, -3, 2′)-Benjamin Nissner (-1)-Peter Schneider (-2, 2′)
Manuel Ganahl (A, -1)-Ali Wukovits (-3)-Nico Feldner (-1)
Paul Huber (-1)-Oliver Achermann (-1)-Siméon Schwinger (2′)

Protecteurs :
Clemens Unterweger – David Maier
Dominique Heinrich (A, -2) -Kilian Zündel
Dominic Hackl – Bernd Wolf
Philipp Wimmer (-2, 25′)-Nico Brunner (-2)

kahou :
David Kicker [sorti de 58’47 à 59’47]

Mme : Bernhard Starkbaum (G). En charge : David Madlener (G), Erik Kirchschläger (D), Benjamin Baumgartner (A, cheville, arrivée Coupe du monde).

Leave a Comment

%d bloggers like this: