Trouvez votre place au hockey

Après une saison 2020-21 marquée par l’incertitude, il vaudrait mieux revenir à la normale par les équipes de hockey locales et les Académies des habiletés Hockey Canada.

Vous pouvez voir le plaisir sur les terrains de jeux de la plage à la plage. Les chaussures ont été renouvelées, les arbres ont été attachés et les Canadiens ont célébré le retour du hockey.

Après l’incertitude de la saison dernière, les équipes de hockey locales et les Académies des habiletés Hockey Canada ont pris une pause pour voir les choses revenir à la normale.

« Nous organisons des tournois et jouons à des jeux de démonstration ; Tout le monde ne peut pas attendre pour redémarrer la machine », a déclaré Trevor Hanley, entraîneur de l’équipe U18 AA de Martensville, Sask.

À Kenora, en Ontario, les programmes de la commission scolaire Dave Tressor ont été terminés l’année dernière en raison de la COVID-19. Mais cette année, le hockey reviendra à l’école secondaire Beaver Brae en février.

“Nous sommes très heureux de recommencer l’école avec nos élèves”, a déclaré Dave Tressor, vice-président de l’école.

2020 est la première année de l’AHHC à l’école secondaire Edwin Parr à Athabasca, en Alberta. Pour les élèves de 8serait et 9 serait années, cet espoir n’a fait qu’alimenter le désir.

“Quand quelqu’un me parle de l’école, je ris d’une oreille à l’autre”, a déclaré la vice-présidente Brenna Liddell. Je me sens comme un enfant le jour de Noël. Nos jeunes étaient heureux et les parents avaient changé pour le mieux. »

« J’ai passé deux semaines à rencontrer les jeunes avant les vacances de novembre. Nous parlons d’école et d’aller, et je leur demande comment ça va se passer à l’école de hockey. Ils ont tous dit que c’était la meilleure chose au monde. »

À Whitehorse, l’école secondaire Porter Creek a pu obtenir son AHHC l’année dernière, mais en raison de contraintes sanitaires, l’accent a été mis sur le développement intellectuel.

“Je pense que les enfants ont hâte de recommencer cette année”, a déclaré Amy Vermeulen, l’enseignante principale du programme.

L’école ne fonctionnera pas avant la seconde moitié de l’année scolaire, mais les élèves sont ravis de retourner au programme de hockey.

“Je les vois sur les routes, a dit Vermeulen. Ils disent qu’ils ne peuvent pas attendre la fin de la saison pour pouvoir commencer le programme de hockey.”

La même histoire s’applique aux équipes de hockey locales à travers le pays. À l’Île-du-Prince-Édouard, les équipes sont de retour sur la glace, la grosse différence cette année étant qu’elles peuvent rester plus longtemps que les entraînements et les matchs.

Blaine Fitzpatrick, entraîneur de hockey junior de l’équipe féminine AAA des moins de 15 ans à Charlottetown, sait qu’il peut maintenant retenir ses joueuses.

«Ils veulent juste revenir à la nature. Ils aiment parler et être ignorants avant d’aller sur la neige. Nous nous rapprochons. Nous avons 30 minutes. Les filles ont le temps de s’amuser un peu. Beaucoup d’amusement. On peut avoir une séance standard, une séance comme avant COVID. »

À Yellowknife, les joueurs perdent des compétitions.

“D’habitude, on joue des équipes de petites villes, explique Patricia Parker, entraîneure adjointe de niveau M7. Ils sont à Yellowknife, ou à la maison. On peut visiter un peu leur coin”, a-t-il dit. Ils peuvent venir à l’eau de baignade. beaucoup pour les enfants maintenant.”

Trevor Hanley a déclaré que tout le monde est de retour dans la neige avec son équipe : les équipes U7 et U11 s’entraînent, et les équipes U13, U15 et U18 ont déjà commencé le match ou sont sur le point de jouer. L’an dernier, les activités étaient autorisées en Saskatchewan, mais il fallait se limiter à huit joueurs sur la glace.

« Il faut s’assurer que les enfants s’amusent. Nos entraîneurs envisagent de commencer un entraînement régulier, d’amener toute l’équipe sur la glace et de pouvoir s’asseoir sur le siège arrière pendant les matchs », a-t-il déclaré.

En fait, la maladie est mère de raison et de simplicité. Avec des vestiaires au Yukon, Patricia Parker doit trouver de nouvelles façons d’aider ses joueurs de mini-hockey à se préparer.

« Ils sont venus tout habillés, mais il faut les aider avec du riz et enlever leurs chaussures. Nous les avons approchés car, à ce moment-là, nous parlions un peu avec chaque enfant, par exemple de ce qu’il faisait le week-end ou de ce qu’il mangeait. »

Blaine Fitzpatrick, lui, s’est inspiré de la NFL : l’année dernière, il a créé un livre qui montrait les systèmes de signalisation, ses joueurs pouvaient apprendre en s’amusant.

“Nous avons très peu de temps sur la glace pour surveiller les lignes, alors donnez-leur le temps d’apprendre à la maison, si cela leur convient.”

Malgré tout ce que la maladie a apporté, les gens au Canada croient en l’utilisation du hockey pour promouvoir un mode de vie sain.

“La santé mentale a été gravement compromise. Non seulement en Saskatchewan, mais de l’océan à la plage, a conclu Dave Tressor. Le programme de l’académie de hockey est un excellent moyen d’engager les élèves dans le sport et la socialisation.”

C’est maintenant notre sport est de retourtout le monde se prépare à renouer avec le meilleur sport du monde.

« Je suis heureux de voir que le reste de leur temps est généralement dans le petit hockey, et certains les voient aussi profiter de la glace avec leurs amis », a déclaré Fitzpatrick. Ils travailleront dur et s’amélioreront, et qui sait ce qui arrivera ? Je suis très content des jeunes. »

Leave a Comment

%d bloggers like this: