Zoug (National League, espoir, match 2)

Menés 1 et 0 à la fin du Game 1 avec pirouettes et virages, les joueurs zugois vont-ils renverser la vapeur et comparer le lézard ? Ou les Zurichois feront-ils une pause, car quelles seront leurs dernières rencontres au deuxième Hallenstadion ? (A la rentrée, ZSC déménagera sa nouvelle patinoire de 12 000 places à Alstetten).

Dès la première minute de jeu, Marco Müller stoppe Denis Malgin et lui concède le penalty. La puissance de Zurich était difficile à maintenir et il n’y avait pas de vrais problèmes à l’exception d’un tir du but de Simon Bodenmann qui a volé entre les défenseurs sur le mur depuis derrière le filet. Revenant à l’équation, l’EVZ offre deux opportunités d’avantages. D’abord, à 2 contre 1 lui-même, Sven Senteler a donné à Yannick Zehnder un coup franc de l’œil mais Jakub Kovář a regardé. Puis c’est Grégory Hoffman qui a montré sa vitesse avec ses pieds en remplaçant Maxim Noreau dans le coin pour créer un coup de circuit. Jakub Kovář a recouvert le fond de sa fontaine. Répondant à la performance de Hoffman, Malgin a révélé son style de conduite alors qu’il traversait la moitié de la patinoire pour tirer sur Leonardo Genoni dans le coin. Puis Sven Andrighetto a fait un centre de Reto Schäppi – qui a mis son énorme gabarit devant le gardien – qui n’a pas été converti. Après ces premières minutes animées, le jeu baisse d’intensité sans tomber dans l’attentisme. Les deux équipes tirent un peu à travers le filet mais essaient de construire à travers les longues files d’attente pour obtenir la rondelle. Il a fallu attendre douze minutes pour voir un autre moment convenable : dans un match en triangle entre les attaquants du deuxième tiers, Bodenmann était celui qui pouvait lancer du haut de l’enclave. Genoni a rattrapé sans laisser de rebond. Ce dernier éclairera le processus en fermant la porte à Yannick Weber sur les genoux de l’immeuble. Puis après une victoire face dans la ligne offensive, c’est Bodenmann qui s’est reposé et a encaissé le tir pour défendre Marcus Krüger devant Leonardo Genoni. Le résultat du troisième est d’être plus pauvre aux bons moments, de se regrouper pour s’isoler et d’éviter au maximum la délinquance.

Zoug est sorti fort dès le début de la seconde période. A titre d’exemple, Jan Kovář et Dario Simion défieront également Bodenmann contre le plexi. À la vingt-deuxième minute, Christian Djoos est entré dans la mauvaise zone avec la puissance de la rondelle. Il a fait un lancer à Sven Senteler qui a rapidement jeté Yannick Zehnder dans le filet. Avec un peu de chance – Marc Aeschlimann de Zurich a touché la rondelle avec son patin – il a pu marquer (0-1, 22’02). Comme dans le jeu 1, Zug essaie d’augmenter son temps d’énergie. Simion a ramassé une rondelle derrière le filet de Kovář et l’a remise à Hoffman qui savait qu’il avait la clé. Puis en meilleure position de la troisième ligne de l’EVZ, Jérôme Bachofner a pris la volée. Jakub Kovář a fait sortir la rondelle de son filet. Alors que l’action se poursuivait, Claudio Cadonau a vu Müller (sauf derrière le rideau) marcher seul pour affronter la garde zurichoise. L’attaquant, trompeusement, tente de remplacer Jakub Kovář mais le défenseur parvient à casser la rondelle avec sa planche.
Les ZSC sont sur les cordes mais pas sur les arcs. Ils ont dû attendre environ huit minutes dans le troisième pour les voir commencer un tir (Krüger sur une clôture de Bodenmann n’a pas pu être vu) à Genoni. A mi-parcours, Cadonau commettait une grave erreur en frappant Marc Aeschlimann de l’épaule (et du coude) au visage. Le défenseur Zougois a été suspendu pendant 2 minutes (il sera libéré pour le match 3 car une procédure standard est mise en place qui pourrait augmenter la pénalité) tandis qu’Aeschlimann revient sur le plateau avec une crise cardiaque. De plus, la puissance de Zurich est devenue mortelle : Noreau, placé devant, a modelé le lancer pour achever la défense et a remis la rondelle à Andrighetto qui a recommencé la victoire. une fois du point de contact (1-1, 29’42). Le penalty de Schäppi à Reto Suri n’avait rien à voir avec Fabrice Herzog, Niklas Hansson et Anton Lander (sur déviation). Dernières minutes de Zurich : bien servi par Malgin, Denis Hollenstein ne trouve pas Genoni. Puis à 3 contre 2, Patrick Geering a choisi le tir devant la barre et Genoni a coupé la rondelle en deux manches. Dans le dernier acte du troisième, Hollenstein remet la rondelle derrière le filet et tente de fondre derrière Genoni. Ce dernier complète l’expérience. Et donc nous croyons. L’arbitre s’est coincé mais au même moment Andrighetto a vu la rondelle libre, a couru vite et a frappé la rondelle et la garde de Zoug dans le filet. Après une brève période d’incertitude (et une confrontation entre Hollenstein et Schlumpf), le but a été refusé sans le match ZSC.

2122 zurich marti

La troisième saison commence comme avant. Zurich déménage et pose les premières banderilles. L’EVZ a fini par monter son propre camp adverse pour améliorer une bonne passe de sa quatrième ligne, avec Dario Allenspach en tête. Après la rondelle a été obtenu (stérile) par Zug. Après qu’une pénalité d’équipe ait été imposée à Hoffman pour verrouillage et à Hollenstein pour plongeon, le match est passé à 4 avec 4 pendant deux minutes. Les places sont ouvertes, mais il n’y a pas d’objectif. Le cou se lève et s’accroupit derrière chaque squat près des gardes. Du côté de l’argent, Justin Azevedo, puis Tommi Kivistö ont testé les réflexes de Genoni. Puis Marco Pedretti, ayant trouvé une clôture entre les jambes de Phil Balstiberger, le vit seul dans l’enclave mais ne tua pas le match. Le match a repris au camp Zugois, après un tir de Reto Suri bloqué par le gardien du ZSC, Christian Marti a renvoyé la rondelle et a vu Denis Hollenstein contre-attaquer. Dans un combat avec Samuel Kreiss, l’attaquant peut envoyer une passe qui vient sur le grillage. Le regard de Zoug n’est pas fixé : Suri est en retard et son mari (Malgin) perd connaissance à cause d’une rencontre entre Dario Simion et Andrighetto. Malgin a récupéré la rondelle envoyée par Hollenstein d’une main puis la puissance pour envoyer la victoire sur le but zougois (2-1, 56’57).
Il reste trois minutes au match. Genoni a quitté la neige pour la sixième manche. Schäppi a mis Jan Kovář hors de la défense et a fait un changement au profit de Bodenmann qui a pu libérer le filet. Scellé par le hors-jeu, le but a été éliminé après avoir été revu par la rédaction sur la vidéo. Dans les derniers instants du match, Hoffmann a annoncé deux fois Jakub Kovář du haut du cercle. Lors de la deuxième tentative, Müller placé derrière le filet qui a été immédiatement remis à Simion qui n’a pas levé pour soulever la rondelle au-dessus d’un Jakub Kovář qui est retombé dans son filet (parce qu’il n’était pas juste envers son frère, il a été botté par Kivistö) et se réjouit grandement. couper la rondelle… du cou. Après avoir raté le but de la victoire lors du match 1, Simion est en difficulté après cette nouvelle chute.

Zurich a prouvé sa valeur dans le match 1 et a obtenu le reste du lézard. Le match était à nouveau serré et le faible nombre de buts marqués ne complimentait pas la qualité du jeu fourni par les deux équipes, car elles jouaient un match passionnant à toujours attendre avec impatience. Les gardiens ont refait surface, mais les personnalités et les associations particulières des Lions ont encore changé. Le match 3 aura lieu le samedi 23 avril à 20h à la Bossard Arena de Zoug. Gagner a été interdit pour EVZ sous peine de donner trois “palettes de match” à ZSC.

Article de Nicolas PUCCIO (twitter : @LinusPacoOcci), mis en ligne par Pierre Maillard

Commentaires après le match :

Commentaires de Denis Malgin (attaquant zurichois) recueillis sur blick.ch (source) : “Je ne pensais pas qu’il (Hollenstein) me donnerait la rondelle. Au début, je pensais qu’il tirait. J’ai continué d’essayer, car sa progression était beaucoup plus difficile. Puis la rondelle est venue vers moi. Oui, ça semble facile. Mais Je peux tirer de dos, hein ?(…) Je crois qu’il n’y a pas de secret. Toute la nuit. Maintenant, les lignes fonctionnent bien. On se bat les uns pour les autres.

Yannick Weber (défenseur zurichois) au micro de MySports : “On a vu après le premier match que les détails faisaient la différence (…) aujourd’hui dans le premier tiers on a bien joué, on a eu une chance. La deuxième fois, on a eu de la chance que le but de Zoug soit un peu bas. Après ça, on a arrêté le match, ils ont eu l’occasion d’inscrire le deuxième but.Dans le dernier tiers, on a pris le match, il a eu l’occasion de gagner.Mais c’est clair que contre Zoug ce sera toujours difficile, ce sera une histoire proche.
[Sur l’avantage psychologique à mener 2 victoires à 0] C’est difficile à dire, la première équipe contre Bienne était 2-0 pour eux, donc nous savons que cela pourrait changer rapidement. Les deux matchs sont proches, les deux équipes peuvent gagner. (…) On avait deux jours pour changer, y compris à Zoug. Le match 3 est un match difficile.”

Marco Pedretti (attaquant zurichois) au micro de la RTS : ” Oui, tenez toujours, on le sait, ce sont les petits détails qui vont changer : notre avantage numérique pour re-marquer un but ce soir, c’est bon pour la confiance. Nous avons eu l’expérience, nous n’étions pas inquiets, nous savions qu’ils avaient la première boîte mais il y avait beaucoup de temps pour jouer. Nous savions que nous pouvions inverser la tendance, donc c’était bon pour la confiance. C’est clair quand on voit que notre premier bloc est sur les pieds, c’est un plus pour l’équipe et ça nous tire vers l’avant ».
[à propos de l’avance de 2-0 dans la série] “Nous étions 0-2 dans le dernier quart-temps, nous savions que ce n’était pas fini. Nous jouions tous les matchs comme d’habitude, puis nous travaillions dur pour obtenir le troisième point.

Reto Suri (attaquant zougois) au micro de MySports : “Elle n’a pas raté grand-chose, nous étions là. En deuxième mi-temps, nous avons eu notre temps, ils ont obtenu le avantage numérique. Après tout, le match était fini et on a pris le dernier but trois minutes avant la fin, il fallait continuer à jouer. C’est mon mari, je dois le prendre tout de suite. On s’est fait un peu marteler devant le grillage, il m’a manqué, il a compté. Dans des jeux comme celui-ci, c’est ce qui fait la différence. Je dois le prendre moi-même. (…) Nous laisserons derrière nous. Nous sommes rentrés chez nous samedi. Il faut se réjouir de gagner le match de samedi à domicile ».

Zurich-Zoug 2-1 (0-0, 1-1, 1-0)
Mercredi 21 avril 2022 à 20h au Hallenstadion de Zurich. 11 200 téléspectateurs (boîtes vendues).
Monteurs : Micha Hebeisen et Mark Lemelin, assistés de David Obwegeser et Dario Fuchs
Tirs : 29 pour Zurich (9, 9, 11) ; 34 non Zoug (11, 16, 7)

Augmenter les nombres
0-1 à 22’02” : Y.Zehnder était assisté de S.Senteler et C.Djoos
1-1 à 29’42” : S.Andrighetto assisté de M.Noreau et D.Malgin (meilleur score)
2-1 à 56’57” : D.Malgin assisté de D.Hollenstein et C.Marti

Zurich

Les attaquants
Sven Andrighetto (+1) – Denis Malgin (+1) – Denis Hollenstein (+1, 2′)
Simon Bodenmann – Marcus Kruger – Justin Azevedo
Dominik Diem – Justin Sigrist – Marco Pedretti
Chris Baltisberger (-1)-Reto Schäppi (-1, 2′)-Marc Aeschlimann (-1)
Kyen Sopa

Protecteurs
Christian Marti (+1) – Maxime Noreau
Patrick Geering (C) – Phil Baltisberger
Tommi Kivisto (-1)-Yannick Weber

kahou :
Jakub Kovar

Supporteurs : Ludovic Waeber (G) et Dario Trutmann. Non : Garrett Roe et John Quenneville (étrangers surnuméraires), Johann Morant (blessés), Enzo Guebey, Willy Riedli et Lukas Flüeler (surnuméraires).

Le Zoug

Les attaquants
Gregory Hoffman (2′) – Jan Kovář (C) – Dario Simion
Jérôme Bachofner – Anton Lander – Marco Müller (2′)
Fabrice Herzog (+1) – Sven Senteler (+1) – Yannick Zehnder (+1)
Dario Allenspach – Sven Leuenberger – Reto Suri

Protecteurs
Christian Djoos (+1) – Claudio Cadonau (+1, 2′)
Livio Stadler – Niklas Hansson
Samuel Kreis – Dominik Schlumpf
Nico Gross

Kiai
Léonard Genoni [sorti de 58’35’’ à 60’00’’]

Contributeurs : Luca Hollenstein (L), Luca De Nico. Non disponible : Carl Klingberg (extraterrestre surnuméraire), Lino Martchini (blessé).

Leave a Comment

%d bloggers like this: